Sélectionnez votre pays pour des informations commerciales et locales

Les transports Laporte témoignent: Comment l' éco conduite permet une baisse de consommation et une diminution des sinistres

Interview avec les Transports Laporte

Vehco mène en permanence des entretiens avec ses clients pour savoir comment ils travaillent pour rationaliser et optimiser leurs activités afin d'économiser de l'argent, du temps et des ressources, tout en améliorant leur efficacité et leurs revenus. Pour cette interview, nous avons rencontré Nicolas Laporte, président ches les Transports Laporte (membre du groupement ASTRE).

Nicholas Laporte, CEO (Vehco Reference Customer)

Nicolas Laporte, Transports Laporte

 

Comment est né votre projet d’éco-conduite ?

Notre entreprise familiale, créée par mon grand-père, a toujours été imprégnée d’une forte culture de gestion. Nous avons très vite compris que la consommation était cruciale pour la rentabilité de l’entreprise. Cela fait donc plus de 20 ans que nous communiquons aux conducteurs leur consommation de carburant.

Au fil des années, le projet a évolué en termes d’outils. D’un simple suivi des consommations, nous sommes passés aux premières analyses  comportementales des conducteurs dans les années 2000. Il était toutefois

difficile d’interpréter les écarts entre les conducteurs et de mener des actions correctives. Les conducteurs mettaient en avant des trajets plus difficiles ou un poids plus important transporté. Pour une meilleure analyse, nous avons donc utilisé un outil d’extractions de données de Renault Trucks pour lequel une connexion filaire avec le véhicule était nécessaire. Cela nous donnait de nombreuses données très techniques.

Nous axons maintenant notre analyse sur des données plus globales que la consommation en y intégrant de la formation. 

Depuis janvier 2014, nous avons, avec 3 confrères transporteurs du groupement ASTRE, engagé un formateur que nous nous partageons selon un planning préétabli. Tous nos conducteurs passent donc au minimum une journée de formation individuelle tous les deux ans.

Aujourd’hui, nous utilisons les données Vehco que nous comparons au carburant facturé, véhicule par véhicule pour repérer les écarts et d’éventuels vols de carburant, problèmes techniques informatiques ou défaillances du tracteur routier.

Comment suivez-vous les conducteurs ?

Nous suivons de manière précise les consommations de carburant. Avant, nous attendions chaque mois la facturation des pétroliers ou les remontées de la cuve entreprise, mais maintenant, la solution Vehco nous permet d’avoir les données en quasi temps réel et de faire des zooms plus précis sur une semaine voire sur une journée. Cela nous permet d’être beaucoup plus réactifs.

Dès qu’il y a une consommation élevée, nous pouvons l’analyser immédiatement avec le conducteur. Si cela n’est pas dû à un problème du véhicule ou à une activité particulière, nous lui faisons une piqure de rappel et, en cas de récidive, nous enclenchons une nouvelle formation. La difficulté pour une PME comme la nôtre, c’est d’avoir un suivi régulier. Nous n’avons pas le temps d’analyser de nombreuses données techniques. Il nous faut une analyse synthétique avec quelques indicateurs représentatifs de la conduite des conducteurs. C’est une des raisons qui nous a fait opter pour la solution Vehco.

Comment valorisez-vous les bons conducteurs ?

Nous valorisons de manière collective. Beaucoup de critères influencent la consommation et c’est délicat de récompenser l’un et pas l’autre, moins chanceux avec ses trajets. Nous avons donc un accord d’intéressement collectif sur le bénéfice pour l’ensemble du personnel dont l’un des critères est la consommation de carburant. 

Quels sont les retombées de votre projet d’éco-conduite ?

Notre consommation a baissé. C’est probablement à la fois le résultat de la formation et de la nature de notre parc qui est composé à 80 % de tracteurs récents en Euro VI.

Depuis que nous faisons de la formation à l’éco-conduite, nous avons de meilleurs résultats en termes de                 sinistralité grâce à une utilisation correcte des véhicules. Cela représente moins de coûts de sinistres, mais aussi des économies en termes de primes d’assurance, d’accidents du travail ou de réparation de matériel.

Nous bénéficions également de retombées environnementales. L’éco-conduite n’est pas seulement un moyen de réaliser des économies. L’entreprise affiche moins de rejets de CO2, plus de sécurité et moins d’impacts sur les autres usagers de la route. C’est une préoccupation claire très bien perçue en interne et que nous pouvons mettre en avant auprès de nos clients.

Selon vous, quelle est la valeur ajoutée des outils Vehco ?

L’instantanéité. C’est beaucoup mieux de voir les résultats en temps réel. J’ai choisi de recevoir un rapport de la consommation de tous les véhicules chaque semaine. Je peux ainsi les analyser d’un seul coup d’œil et directement contacter les conducteurs pour les féliciter ou les alerter sur leurs résultats. Cela ne prend pas beaucoup de temps et me permet d’être beaucoup plus réactif. Il est plus difficile de r

appeler un conducteur un mois après d’éventuelles dérives pour lui dire de faire attention !

Les outils Vehco nous permettent également d’associer davantage les conducteurs. Avant, l’information n’allait que dans un sens et le conducteur avait de temps en temps un retour de notre part. L’été dernier, nous avons équipé tous nos véhicules de tablettes Android grâce auxquelles ils peuvent suivre en temps réel tous leurs indicateurs de conduite. Tout un groupe de conducteurs (pas forcément les plus jeunes) veulent jouer le jeu et aiment utiliser cet outil. Et vu que c’est un outil convivial qui correspond aux modes de consommation actuels, cela contribue énormément à les motiver. Avoir ses propres consommations sous les yeux, cela pousse à s’améliorer.

Quels conseils donneriez-vous à un collègue transporteur qui commencerait un projet d’éco-conduite ?

Il faut prendre conscience que c’est progressif. Malheureusement, les résultats ne sont pas là du jour au lendemain.

Il est également beaucoup plus efficace d’intégrer de la formation dans la démarche. Il faut alors expliquer aux conducteurs parfois réticents que le but n’est pas de leur apprendre à conduire mais de mieux utiliser des véhicules de plus en plus sophistiqués. Mais avec un bon formateur, ils acceptent totalement la démarche.

 

A reference customer to Vehco; Transports Laporte
    

Découvrez nos solutions en vidéo
Brochures, fiches produits, images

Soumettre une idée

Ou commentaires sur ce site

En envoyant ce formulaire, vous acceptez la politique de protection des informations Mollom.

News

mar, 2018-08-07
Ludovic: Le nouveau chargé d'affaires Vehco, région Ouest.

Ludovic a rejoint Vehco en Avril 2018 en qualité de chargé d'affaires. Basé à Nantes il est donc présent sur le secteur Ouest.

ven, 2018-07-06
Vehco accueille son nouveau Country Manager France.

Nous souhaitons la bienvenue à Yves Bitoun qui nous a rejoint le 4 Juin en tant que Country Manager.