Sélectionnez votre pays pour des informations commerciales et locales

Transportez Futé

Faire de chaque kilomètre un atout pour l’avenir.

Prochain webinaire : 

RÉUSSIR SON PROJET D’INFORMATIQUE EMBARQUÉE

M’inscrire

Le chronotachygraphe de demain, intelligent et communicant

Informatique & transport

Prévue pour 2018, la future génération de chronotachygraphe numérique se veut intelligente et communicante. L’appareil doit ainsi intégrer de nouvelles fonctionnalités techniques qui devraient permettre aux transporteurs d’accéder à de nouvelles données et de nouveaux services…

Le règlement européen 165/2014 préconise, pour tous les futurs chronotachygraphes numériques, trois nouvelles fonctions : une interface ITS (Intelligent Transport Systems - Systèmes de transport intelligent), une interface DSRC (Dedicated Short Range Communication - Communications dédiées à courte portée) et une intégration GNSS (Global Navigation Satellite System - Système de positionnement par satellites). À travers ces nouvelles fonctions, l'Union européenne vise notamment l’envoi automatique et à distance des données légales vers les équipements des forces de l’ordre lors des contrôles routiers. La volonté des autorités est d'améliorer l'efficacité des contrôles de véhicules et la fluidité du trafic, mais aussi de mieux cibler les contrôles et de réduire les temps d’immobilisation des conducteurs en règle.

L'interface ITS pour les contrôles

Une interface ITS relie le chronotachygraphe numérique à des applications ITS externes, grâce à une connexion à distance. Elle permet la transmission de données spécifiques, comme les temps de conduite restants. Ces données peuvent constituer des informations d'une grande utilité pour la planification et le contrôle du trafic, l'optimisation de la fluidité du trafic et le remplissage des zones de stationnement dédiées aux poids lourds.

Lors des contrôles, la nouvelle interface DSRC (similaire aux systèmes de télépéage autoroutiers) donnera un accès à distance aux données spécifiques de la carte Conducteur. Les données seront transmises lorsque le véhicule passera à proximité, en quelques secondes. Si une fraude ou une mauvaise utilisation sont suspectées, les autorités seront en mesure de procéder à un contrôle du véhicule plus rapide. A terme, il est possible d’envisager des passerelles avec l’informatique embarquée ou une plateforme web de gestion, pour développer la transmission par DSRC via le tachygraphe de données douanières ou du pesage des poids-lourds.

Bluetooth et objets connectés

On peut aussi imaginer une interface Bluetooth avec un smartphone ou un terminal mobile équipé d’une application dédiée, indiquant au conducteur la proximité d’une ère de stationnement adaptée à son véhicule, à l’approche de sa coupure. L’interface ITS concerne également l’ordinateur de bord qui peut proposer en outre d’intégrer les données sociales au portail de gestion de flotte et/ou au TMS de l’entreprise pour le planning des tournées notamment. Ce qui était déjà possible via des interfaces câblées ou des modules additionnels au tachygraphe sera demain nativement intégré dans l’appareil. Il s’ouvre également, toujours dans un cadre très réglementé, à d’éventuels interfaces avec des objets connectés… ou il devient lui-même un objet connecté du véhicule…

Le GNSS ou positionnement social

Jusqu'à présent, les chronotachygraphes numériques n'enregistraient que les heures de début et de fin de chaque trajet. Avec la technologie GNSS, les chronotachygraphes enregistreront et conserveront la position du véhicule en début et fin de période de travail, ainsi que toutes les trois heures de temps de conduite accumulé. On peut là encore extrapoler différents usages de cette intégration qui va permettre à l’appareil d’être localisé à travers les systèmes satellitaires GPS, Gallileo ou Glonass : mise en corrélation des données sociales et de position des camions pour la planification des tournées, déploiement de nouveaux services de gestion de flotte/géolocalisation par les acteurs historiques et développement de nouveaux outils d’analyses basés sur des données plus précises intégrant les trajets empruntés et les coûts sociaux…

Il faut rappeler que ces évolutions à venir, prévues pour 2018 mais plus probables en 2020, répondent à un cadre réglementaire strict ! Mais elles devraient renforcer les services accessibles aux transporteurs et s’intégrer dans la tendance au véhicule connecté. L’ajout de technologies de positionnement et de communication va faciliter les interfaces avec les systèmes mobiles et embarqués au profit de nouveaux échanges de données, de nouvelles applications métier et de nouveaux indicateurs clé de performance !

Découvrez nos solutions en vidéo
Brochures, fiches produits, images