Sélectionnez votre pays pour des informations commerciales et locales

Transportez Futé

Faire de chaque kilomètre un atout pour l’avenir.

Prochain webinaire : 

Sujet bientôt disponible 

Janvier 2018

 

M’inscrire

Comment l’informatique embarquée vous aide à respecter la norme QUALIMAT ?

Stratégie transport

Quelles sont les obligations du transporteur qui peuvent être couvertes par l’informatique embarquée ?

Le transporteur est tenu de mettre à disposition du donneur d’ordre et du destinataire une lettre de voiture, stipulant :

  • Date de la réception
  • Nom et coordonnées de la société de transport titulaire de l’attestation Qualimat Transport
  • Nom et Prénom du conducteur routier (signature facultative)
  • Numéro d’immatriculation du contenant (suivant la nomenclature IDTF)
  • Dénomination précise et non ambigüe du « produit » livré
  • Dénomination précise et non ambigüe de la/des marchandise(s) précédemment transportée(s) dans le contenant
  • Date du dernier nettoyage du contenant
  • Niveau du dernier nettoyage réalisé

En plus des informations liées à la traçabilité des contenus et des nettoyages, le transporteur est tenu de respecter les délais de transport et de prévenir l’entreprise lorsque les délais ne peuvent pas être respectés.

Ces informations sont extraites du cahier des charges, pour des informations complètes sur le sujet rendez-vous sur : http://www.qualimat.org/

Que peut faire l’informatique embarquée ?

L’informatique embarquée permet d’avoir une traçabilité en temps réels des opérations effectuées :

  • Marchandises transportées (via les informations du TMS ou entrées manuellement)
  • Nettoyage effectué et niveau de nettoyage (activité accomplie, niveau de nettoyage renseigné via les activités justifiées par le conducteur)
  • Localisation du nettoyage (automatique avec la saisie des étapes et des activités associées), et informations complémentaires (type de détergent, nettoyage spécifiques….) rentrées manuellement

Etape 1 : la saisie de l’ordre de transport

Le TMS va enregistrer dans la commande le type de marchandise transportée correspondant à la nomenclature IDTF. Une table de correspondance va stipuler un nettoyage correspondant à cette marchandise. Cette information permet à l’exploitant de programmer le nettoyage nécessaire suivant la marchandise transportée précédemment dans le véhicule. D’après Guillaume COUTTIER, Responsable Support chez WINTRANS, "les transporteurs souhaitent souvent que le lavage soit intégré dans les étapes de missions (avec les informations de niveau de nettoyage)." C’est un paramétrage spécifique du TMS, qui permet au conducteur de valider les informations requises par cette étape très facilement.

Si un TMS n’est pas disponible, un trajet peut être envoyé directement de l’informatique embarquée vers le conducteur avec des informations spécifiques entrées manuellement, et des instructions/questions au conducteur.

Etape 2 : la collecte des informations sur le terrain

L’informatique embarquée va transmettre les informations contenues dans l’ordre de mission au chauffeur. Suivant le paramétrage des activités justifiées, à chaque étape peut être associée un liste d’instruction, de questions, avec réponses prédéfinies (ou non). Cela permet, par exemple de prédéfinir les niveaux de lavage. Pour un niveau de lavage spécifique, de déclencher une question  sur le type de détergent utilisé. Toutes les informations renseignées dans l’informatique embarquée sont géolocalisées et datées, ce qui est un prérequis QUALIMAT pour les nettoyages de niveaux B, C ou D. Les missions sont toujours reliées à un conducteur, identifié par sa carte conducteur (insérée dans le chronotachygraphe du véhicule).

Etape 3 : la livraison dans les temps 

L’informatique embarquée permet de suivre les trajets et d’anticiper d’éventuels retards. En cas de non-respect des délais de livraison, l’exploitant peut ainsi prévenir immédiatement le destinataire et le donneur d’ordre.

Il est aussi possible, grâce au geofencing, d’envoyer un SMS au destinataire lorsque le véhicule s’approche de la zone de livraison, permettant ainsi de limiter les attentes sur place.

Etape 4 : les documents justificatifs

Les informations remontées par l’informatique embarquée peuvent être intégrées et remplacer la lettre de voiture. Ce document peut être édité et envoyé par email au donneur d’ordre. En revanche, sauf si le véhicule est équipé d’une imprimante (ce qui est rarement le cas), ce document ne peut pas être remis sur place à la livraison de la marchandise.

La plupart des transporteurs gardent donc des lettres de voiture en double exemplaire dans les véhicules, qui sont remplies manuellement par les conducteurs. Avec le détail des missions et des lavages disponibles dans sur l’interface conducteur de l’informatique embarquée, le conducteur n’a plus qu’à recopier sur papier les informations comprises dans l’ordre de missions.

Toutes ces informations sont archivées sur les plateformes logicielles, facilitant ainsi l’audit de la norme.

Contenu connexe :

A propos de la norme QUALIMAT

La norme QUALIMAT est en réalité un cahier des charges qui permet d’assurer une parfaite maîtrise du nettoyage entre chaque transport de denrée alimentaire en vrac à destination animale pour éviter toute contamination. 

Créée en 1978 dans le grand Ouest, l’association QUALIMAT a édité plusieurs versions de cahier des charges, qui est aujourd’hui validé par les principales organisations de transporteurs : FNTR, TLF et UNOSTRA… Depuis 2004, les transporteurs respectant ce cahier des charges peuvent être audités par des organismes indépendants.

La dernière version du cahier des charges, applicable au 1er Janvier 2016, étend le périmètre d’application au transport d’aliments composés.

Partager cet article

Découvrez nos solutions en vidéo
Brochures, fiches produits, images

Soumettre une idée

Ou commentaires sur ce site

En envoyant ce formulaire, vous acceptez la politique de protection des informations Mollom.